Plusieurs méthodes, astuces, vous permettent d’augmenter votre retraite obligatoire. Pourtant ces démarches sont souvent méconnues.

Le rachat de trimestre

Certains accidents de carrière peuvent vous amener à perdre des trimestres, des trimestres manquants qui sont préjudiciables lors du calcul de votre retraite. En effet, le fait d’avoir pas suffisamment de trimestres vis à vis de sa durée d’assurance, va impacter à la fois votre taux de pension, qui sera minoré, mais aussi votre complémentaire qui sera elle aussi minorée. Il y a donc une double peine pour les personnes à taux réduit. Comment y remédier ?

On ne peut pas racheter n’importe quel trimestre, on peut racheter uniquement : les années d’études supérieures, ou les années incomplètes où moins de 4 trimestres de cotisations ont été validés.

  • Les années d’études supérieure sont les années où un diplôme a été validé, ou une année suivie dans une des grandes écoles, ou encore une année suivie dans une classe préparatoire permettant l’accession à l’une des grandes écoles.
  • La deuxième catégorie concerne les années où moins de 4 trimestres ont été validés, notamment dû à une période de chômage non indemnisée, les périodes de temps partiel, les petits boulots, ou encore les stages. Vous pouvez racheter des trimestres pour les années de votre relevé de carrière qui comportent moins de 4 trimestres. Attention, vous ne pouvez pas faire de rachat pour les années qui ne comportent aucun report, si dans votre relevé de carrière n’est mentionné ni salaire, ni trimestre il vous est impossible de racheter des trimestres.

Le montant du rachat dépend :

  • des revenus professionnels des 3 années qui précèdent la demande, plus ils sont élevés plus c’est coûteux ;
  • l’option que vous choisissez ;
  • de votre âge, plus vous êtes jeune moins c’est cher.

L’option de rachat : vous avez le choix entre deux options, choisir de racheter pour :

  • augmenter le taux de calcul de votre retraite
  • augmenter le taux et le nombre de trimestres pris en compte pour le calcul de votre retraite (dans la limite de la durée d’assurance maximum).

Le coût du rachat d’un trimestre pour les années d’études supérieures est diminué de 670 € si le rachat est effectué pour le taux, de 1 000 € s’il est effectué pour le taux et la durée d’assurance. Ce rachat à prix réduit est possible pour au maximum 4 trimestres.

Il est possible de racheter au maximum 12 trimestres.

Le cumul emploi-retraite

Le cumul emploi-retraite vous permet de cumuler revenus professionnels et pensions de retraite. Cependant quelques conditions limitent ce cumul.

Après que vous ayez fait valoir vos droits de retraite, vous pouvez reprendre une activité rémunérée dans le public ou dans le privée, est cela est ouvert à tous les retraités.

Dès que vous reprenez une activité, vous devez le signaler dans le mois qui suit, à votre caisse de retraite. Pour cela vous devez lui transmettre quelques pièces :

  • nom et adresse de l’employeur auprès duquel vous exercez une activité,
  • date de début de l’activité,
  • montant et nature des revenus professionnels, ainsi que le ou les régimes de sécurité sociale auxquels vous êtes affilié à ce titre,
  • bulletins de salaire (ou, pour les personnes exerçant une activité non salariée, tout document justificatif des revenus perçus durant la période concernée),
  • nom et adresse des autres organismes de retraite de salariés, de base et complémentaires, qui vous versent une pension.

Si vous avez atteint l’âge légal de départ à la retraite (entre 60 ans et 62 ans, selon votre date de naissance), que vous remplissez les conditions pour obtenir la retraite à taux plein,et vous avez liquidé l’ensemble de vos retraites (base et complémentaire).

Sinon il y aura un cumul partiel des revenus. Le cumul des revenus est donc plafonné. Le plafond est limité soit à 2 368,43 € par mois, soit au dernier salaire d’activité perçu avant la liquidation des pensions. Le plafond est égal au plus gros montant. Exemple : si votre dernier salaire avant votre prise de retraite est de 3 000 €, alors vous ne pouvez pas cumuler plus que 3 000 €. Si en revanche votre dernier salaire avant votre prise de retraite est de 2 000 € alors le plafond est égale à 2 368,43 €, car ce dernier est plus élevé.

Si vous dépassez le plafond, le versement de la pension est suspendu, en attendant une baisse du revenu à hauteur du plafond.

La régularisation de cotisation
Si dans votre relevé de carrière vous vous apercevez que une année où vous avez travaillé, il n’y a aucune rémunération, il est possible que le problème vienne de l’employeur qui n’a pas cotisé pour votre retraite.

Vous devez alors aller voir votre caisse de retraite en précisant les coordonnées de l’employeur et les périodes exactes d’emploi. La régularisation peut venir de l’employeur, du salarié ou même d’un apprenti.

L’employeur peut justifier l’emploi juste par son livre de paie.

Pour le salarié, il doit justifier qu’il a travaillé par tout moyen : un bulletin de salaire, attestation de l’employeur faisant l’état d’une rémunération etc.

L’apprenti doit joindre également une preuve de son activité : le contrat d’apprentissage, une attestation de la Chambre de métiers, de la Chambre de commerce et d’industrie, l’attestation du centre d’apprentissage précisant les coordonnées de l’entreprise etc.

La Retraite progressive
La retraite progressive vous permet de cumuler à la fois une activité à temps partiel (entre 40 et 80 % du temps de travail légal), et d’avoir une partie de votre pension. Vous devez respectez quelques conditions :

avoir au moins 60 ans,
avoir validé au moins 150 trimestres,
vous devez exercer qu’une activité à temps partiel.
Certaines professions ne peuvent bénéficier de cet avantage, car leur temps de travail n’est pas exprimé en heure il s’agit des :

salariés qui ont conclu une convention de forfait en jours sur l’année (exemple : cadres) ;
voyageurs représentants placiers (VRP), sauf s’ils peuvent justifier de la durée à temps partiel de leur travail ;
personnes qui n’ont pas le statut de salarié et ne peuvent pas produire un contrat de travail (mandataires sociaux, dirigeants de sociétés commerciales) ;
artisans taxis affiliés à l’assurance volontaire.
Votre pension pendant cette période est calculée selon votre temps de travail, pour atteindre un total de 100 %. Par exemple si vous êtes à 40 %, vous aurez droit à 60 % de votre pension, si vous travaillez à 80 %, vous aurez droit à 20 % de votre pension.

Lorsque vous cessez votre retraite progressive votre pension sera recalculée, ce qui devrait augmenter votre pension. S’il vous manque des trimestres pour avoir le taux plein, vous pourrez alors avoir le taux plein si vous atteignez enfin le nombre de trimestres suffisants. Si vous aviez déjà le taux plein, cela vous permettra d’obtenir la surcote.

Pour les artisans et commerçants le système est le même, sauf que à la place du travail à temps partiel, c’est le revenu qui doit baisser. Pour bénéficier d’une retraite progressive, le commerçant (ou artisan) devra baisser ses revenus entre 20 et 80 %.

Autre astuce
Avec un enfant les parents ont droit à 8 trimestres, 4 automatiquement pour la mère pour l’accouchement, et 4 autres au titre de l’éducation de l’enfant pour la mère ou le père. Nous vous conseillons d’attribuer les 4 trimestres au parent ayant le plus gros revenu. Cela augmentera les gains liés aux 4 trimestres d’éducation.