Si vous êtes salarié du privé vous bénéficier d’une retraite de base du régime général de la Sécurité sociale, plus une retraite complémentaire de l’Arrco. Les ingénieurs, les cadres, et les assimilés cadres cotisent, en plus, à l’Agirc et reçoivent de cette institution une complémentaire.

A quel âge peut on prendre sa retraite ?

Vous pouvez demander de partir à la retraite avant d’avoir 62 ans, si avant vos 20 ans vous avez déjà cotisé au moins cinq trimestres (voir 4 en cas de naissance au cours du 4ème trimestre de l’année civile), et d’avoir eu une carrière suffisamment longue (c’est à dire avoir valider assez de trimestres*). Une retraite avant 62 ans est aussi possible pour les handicapés, ils doivent justifier d’une certaine durée d’assurance qui varie selon l’année de naissance du demandeur et avoir été atteint d’une incapacité permanente au taux de 50 %.  Certains salariés, présentant un certain niveau d’incapacité en raison d’une maladie professionnelle, peuvent demander la retraite à 60 ans. Ce dernier critère est toutefois assez restrictif.

Certains facteurs de risques ou de pénibilités, permettent d’acquérir des points, pour en partie, partir plus tôt à la retraite.

Comment est calculée ma retraite ?

Le montant de votre retraite dépend :

  • de la durée totale de votre carrière professionnelle,
  • de la durée de votre activité salariée,
  • des meilleures années de salaire de votre carrière.

La retraite de base est calculée selon la formule suivante :
SAM x T x DA/DR

SAM = Salaire Annuel Moyen

Le salaire annuel moyen est calculé à partir de vos salaires bruts retenus dans la limite du plafond de la Sécurité sociale en vigueur au cours de l’année considérée (par exemple 3 269 € par mois en 2017). Dans certains cas, cependant, on retient votre salaire réel si vous avez cotisé sur cette base, notamment si vous avez eu plusieurs employeurs au cours de la même année civile. Mais cette règle n’est valable que jusqu’en 2004. Les salaires, perçus depuis 2005, ne peuvent, tout emploi confondu, excéder le plafond annuel de la Sécurité sociale.

Certains salaires annuels sont à exclure car ils présentent un montant trop faible pour former un trimestre, ce sont les revenus annuels inférieurs au montant du SMIC horaire prévu pour chaque année au cours de laquelle vous avez travaillé, multiplié par 150 heures (soit, pour 2017, les revenus inférieur à 1 464 € ne sont pas pris en compte).

T = Taux de la pension

Vous pouvez bénéficier du taux plein, qui est de 50 %, sous certaines conditions. Tout d’abord si vous prenez votre retraite à 67 ans (voir 65 selon votre année de naissance), vous aurez droit automatiquement au taux plein. Vous pouvez aussi bénéficier du taux plein en prenant votre retraite à partir de 62 ans (voir 60) si vous totalisez assez de trimestre, ou si vous appartenez à une certaine catégorie : inapte au travail, ancien combattant, prisonnier de guerre, ou mère de famille ouvrière. A partir de 65 ans vous avez le droit d’avoir le taux plein, quelle que soit votre année de naissance si :

  • vous avez interrompu votre activité professionnelle au moins pendant 30 mois en raison de votre qualité d’aidant familial au service d’une personne handicapée ;
  • vous avez été reconnu handicapé ;
  • vous avez élevé un enfant handicapé et avez bénéficié d’au moins un trimestre au titre de la majoration de durée d’assurance pour l’éducation d’un enfant handicapé ;
  • vous avez apporté une aide effective à votre enfant bénéficiaire de la prestation de compensation du handicap en tant que salarié ou aidant familial pendant 30 mois ;

En revanche le taux minoré vous sera appliqué si vous ne rentrez pas les critères précédents. Alors il y aura une décote par trimestre manquant.
Malgré tout le taux minoré ne peut descendre en dessous d’un seuil plancher, pour les personnes nées après 1952 ce taux minimum est de 37,5 %.
La formule pour connaître votre taux minoré est de : 50 % – (0,625 x nombre de trimestres manquant).

Pour savoir le nombre de trimestres que vous avez, vous devez prendre en compte :

  • des trimestres cotisés et assimilés (période de maladie, de chômage…) ; les trimestres supplémentaires pour enfants et ceux accordés aux parents d’un enfant handicapé ;
  • des périodes d’assurance dans un régime de base obligatoires des États membres de l’Union européenne ou dans des États étrangers hors Union lorsqu’il existe entre le pays en cause et la France une convention internationale prévoyant cette prise en compte
  • et d’autres périodes plus spécifiques.

Les périodes cotisées ne dépendent pas de votre durée de travail mais du salaire perçu. Pour valider un trimestre, il faut avoir une rémunération d’au moins 150 fois le SMIC horaire (soit pour 2017, au moins de 1 464 €).

DA/DR = durée d’assurance dans le régime général / durée de référence

La durée de référence dépend de votre année de naissance. Tandis que la durée d’assurance correspond au nombre que vous avez obtenu pour savoir votre taux de pension.

Comment bénéficier de la retraite complémentaire ?
Pour les non-cadres, seul l’Arrco existe, pour les cadres il y aura en plus de l’Arrco l’Agirc. Pour bénéficier de ces complémentaires, il faut répondre aux mêmes critères que le taux plein. Sinon le salarié aura une minoration de sa retraite complémentaire (qui dépendra de votre année de naissance).
Comment calculer ma retraite complémentaire ?
Tout d’abord vous devez connaître votre nombre de points accumulés. Vous pouvez connaître ce nombre sur le site www.agirc-arrco.fr.

Les points acquis par cotisation : chaque année d’activité salariée, vous permet d’acquérir un certain nombre de points de retraite calculé à partir des cotisations versées. Le prix d’acquisition d’un point, appelé salaire de référence, est égal, en 2014, à 15.2589 € à l’Arrco et à 5.3075 € à l’Agirc.

Vous pouvez également acheter des points en même temps que vous achetez des trimestres. Ou des points gratuits peuvent vous être attribués selon certaines conditions.

Pour calculer la retraite complémentaire il vous suffit de multiplier votre nombre de point Arrco par 1.1213 et votre nombre de point Agirc par 0.4352.

Si vous ne bénéficiez pas du taux plein, un coefficient de décote vous sera appliqué selon vos trimestres manquants.